Consulter en ligne

Consulter en ligne

Le tourangeau LovalTech prévoit de lever 30 M€

La biopharm tourangelle LovalTech, qui développe un vaccin protéique à instillation nasale contre la Covid-19, accélère le rythme. La startup co-fondée par la Pr. Isabelle Dimier-Poisson et Patrick Barillot, un ancien cadre de la CDMO suédoise Recipharm (ci-dessus), devrait lever près de 3,6 M€ en 2022, et « entre 20 et 25 M€ l’année suivante », nous indique Patrick Barillot.
Ces concours vont permettre à la jeune pousse très prometteuse de financer une étude clinique de phase I/II qui pourrait démarrer d’ici à la fin de l’année ou au début de l’année suivante dans la perspective d’une commercialisation envisagée pour 2024-2025. L’ANRS-MIE, une unité de l’Inserm dédiée aux maladies infectieuses, sera le principal sponsor de cet essai ; les lots cliniques seront produits par le toulousain GTP Technology et sans doute conditionnés par l’usine Recipharm toute proche de Monts, au sud de Tours. Une seconde CDMO devrait être retenue pour le backup mais le choix n’a pas encore été arrêté.
« Ce candidat pourra être utilisé comme booster sur des patients ayant un schéma vaccinal complet. Il pourra aussi être proposé aux populations des pays en voie de développement qui n’ont pas encore eu accès aux vaccins », explique Patrick Barillot. « Ce vaccin protéique ne s’attaque pas à la fameuse protéine Spike, mais à d’autres composantes du virus, ce qui lui donne beaucoup de flexibilité et d’efficacité contre d’éventuels futurs variants », nous indique Isabelle Dimier-Poisson, soulignant qu’il s’agit « d’un atout différenciateur si on le compare aux vaccins à ARNm. »

Partager l’article

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur facebook

LES DERNIÈRES INFOS

LA LETTRE BI-MENSUELLE

Depuis 2003, la lettre confidentielle
bimensuelle
livre en avant-première les informations sur l’industrie du médicament. 

LES SUPPLÉMENTS

Depuis 2009, des numéros hors-série destinés à tous les professionnels de l’industrie du médicament.