Consulter en ligne

Consulter en ligne

Les ex-sites Famar de L’Aigle et St-Rémy-sur-Avre redémarrent

Un an après la reprise des sites Famar par Delpharm, les unités de L’Aigle (61) et de St-Rémy-sur-Avre (28) grappillent de nouveaux marchés et la situation s’améliore, comme d’ailleurs à l’usine d’Orléans, où la production serait passée de 100 à 140 millions d’unités. « Nous constatons une hausse d’activité avec la crise du Covid. Nous produisons de la dexaméthasone (corticostéroïde qui réduirait de 21 % le risque de mortalité des cas sévères de Covid-19, selon une étude Inserm, AP-HP et CHU de Tours, NDLR) et de la clarithromycine (antibiotique macrolide parfois associé à l’hydroxychloroquine, NDLR) », assure une source syndicale du site de St-Rémy-sur-Avre (ci-dessus).
L’usine eurélienne, spécialisée dans les formes stériles et les lyophilisés, voit ses carnets de commandes complets. « Les plannings lyo sont saturés. La direction, consciente de l’obsolescence des machines, investit. Nous allons prochainement recevoir une nouvelle remplisseuse-sertisseuse ». Le site de L’Aigle, consacré aux formes sèches, enregistre également « plus d’activités. Des transferts, en préparation avant le rachat, ont été facilement confirmés. Nous évaluons notre hausse de boîtes à plus de 20 % », confie un membre du CSE aiglon. De nouvelles perspectives et des produits sont en développement.
Des recrutements sont, par ailleurs, effectifs sur les deux sites. « Aucun licenciement n’a été à déplorer après le rachat. En septembre, nous comptions, sur L’Aigle, 176 salariés et une dizaine d’embauches ». A St-Rémy-sur-Avre, les emplois précaires ont été réduits : « Les intérimaires ont été embauchés en CDI. D’autres embauches sont toujours d’actualité. Nous comptons 238 personnes sur le site ».
Point négatif : des négociations salariales compliquées : « La volonté de la nouvelle direction est d’augmenter le nombre de jours de présence sur le site ornais. La direction propose de faire travailler les salariés 12 jours supplémentaires par an » et 40 heures en plus par an à St-Rémy avec une hausse salariale de 1 % : « Les négociations, démarrées cet été, se font dans la douleur ».

Partager l’article

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur facebook

LES DERNIÈRES INFOS

LA LETTRE BI-MENSUELLE

Depuis 2003, la lettre confidentielle
bimensuelle
livre en avant-première les informations sur l’industrie du médicament. 

LES SUPPLÉMENTS

Depuis 2009, des numéros hors-série destinés à tous les professionnels de l’industrie du médicament.