Consulter en ligne

Consulter en ligne

Covid-19 : Lonza va produire le vaccin de Moderna dans le Valais

Partenaire industriel de la biopharm américaine Moderna Therapeutics qui a pris une longueur d’avance dans la mise au point d’un vaccin contre la Covid-19, le groupe suisse Lonza (5,5 Md€ de CA en 2019) prépare l’industrialisation de ce candidat très attendu, l’ARNm-1273. Ainsi, selon une porte-parole de la direction, trois lignes de production d’une capacité unitaire annuelle de 100 millions de doses vont être installées au bord du Rhône, à Viège, dans le canton du Valais, où Lonza exploite un vaste complexe industriel employant près de 3 500 salariés. C’est au cœur de ce berceau historique que la fabrication devrait débuter, peut être à la fin de l’année, après l’installation d’une première ligne. L’ensemble de ce projet, partiellement financé par le suisse, représente un investissement de 210 M$ ; l’exploitation de ces capacités devrait générer la création de plus de 200 postes de travail. « Déjà, nous exploitons une ligne dédiée à l’ARNm-1273. D’une capacité de 100 millions d’unités, elle est installée au sein de notre unité de Portsmouth, dans le New Hampshire, et vient compléter des capacités opérées en propre (100 millions de doses annuelles) par Moderna à Norwood, dans le Massachusetts », poursuit la porte-parole. La supply chain de la biopharm américaine prévoit que le fill & finish soit assuré par la plateforme madrilène de la CDMO espagnole Rovi et par Catalent aux Etats-Unis. 
Le déploiement de ces nouvelles capacités à Viège va venir étoffer une spectaculaire base industrielle où est engagé depuis près d’un an un programme de développement majeur. Il consiste dans la construction d’un parc high tech (Ibex) de 100 000 m2 déployés sur cinq bâtiments dédiés à la bioproduction (voir ci-dessus) qui représente un investissement de 700 CHF (650 M€). Sanofi contribue à cet édifice en co-finançant la construction du Bioatrium, un module dédié à la production d’anticorps à partir de cellules de hamsters génétiquement modifiés. La réception de cette unité est prévue pour la fin de l’année. « Le modèle d’affaires d’Ibex est simple. Il consiste à déclencher des investissements en fonction des contrats signés avec les entreprises de biotechnologie, qu’elles soient des startups, des ETI ou des big pharmas », résumait un dirigeant de Lonza lors du lancement du projet.

Partager l’article

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur facebook

LES DERNIÈRES INFOS

LA LETTRE BI-MENSUELLE

Depuis 2003, la lettre confidentielle
bimensuelle
livre en avant-première les informations sur l’industrie du médicament. 

LES SUPPLÉMENTS

Depuis 2009, des numéros hors-série destinés à tous les professionnels de l’industrie du médicament.