Consulter en ligne

Consulter en ligne

Norgine veut accentuer son empreinte industrielle européenne

Le laboratoire néerlandais Norgine (419 M€ de CA en 2019) veut consolider son empreinte industrielle en Europe. L’usine de Dreux (28), qui emploie 180 salariés, pourrait ainsi accueillir de nouvelles fabrications, nous indique Cyril Tavier, le CEO de Norgine France : « Ce n’est pas encore tranché, mais c’est une hypothèse à l’étude. Elle est concurrencée par une autre possibilité, celle de retenir notre seconde usine européenne, basée à Hengoed, au sud du Pays de Galles ». L’unité galloise emploie 450 salariés. 
L’apport de charge proviendrait des volumes générés par le Ciraparantag (aripazine), un antidote des anticoagulants oraux d’effet direct (AOD) utilisés en médecine d’urgence dont Norgine a tout récemment acquis la licence auprès de la biopharm américaine Amag Pharmaceuticals ; le traitement se trouve aujourd’hui en phase III et ne sera pas commercialisé avant deux ans et demi.
L’usine drouaise, spécialisée dans les granulés, pourrait également bénéficier à court et moyen terme de transferts de charge « significatifs » en provenance de sa consœur galloise, et cela en lien avec la mise en œuvre du Brexit, nous confie Cyril Tavier qui précise que 100 % des produits commercialisés par Norgine sont fabriqués et continueront à être fabriqués en Europe : « Nous nous adossons aussi à des CDMO françaises comme Sophartex et Macors qui façonnent et conditionnent la moitié de nos volumes. » Depuis deux ans, près de 10 M€ ont été engagés à Dreux dans l’accroissement des capacités et le renforcement du service qualité. 

Partager l’article

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur facebook

LES DERNIÈRES INFOS

LA LETTRE BI-MENSUELLE

Depuis 2003, la lettre confidentielle
bimensuelle
livre en avant-première les informations sur l’industrie du médicament. 

LES SUPPLÉMENTS

Depuis 2009, des numéros hors-série destinés à tous les professionnels de l’industrie du médicament.