Consulter en ligne

Consulter en ligne

Recherche clinique : le Leem veut inclure des patients en trois mois

« La crise sanitaire a démontré qu’il était possible d’inclure des patients dans des essais cliniques en 21 jours alors qu’en moyenne, il faut encore 204 jours. On ne peut pas mettre tout le système sous tension permanente mais il est raisonnable de se fixer un objectif à trois mois », a indiqué Christian Deleuze (ci-dessus), président de la commission stratégique recherche et innovation du Leem lors de la publication de la désormais traditionnelle étude sur la situation de la recherche clinique en France.
« Certes, la performance s’est améliorée, a indiqué le président du Leem Frédéric Collet. Mais nous affichons d’importantes vulnérabilités. Nous ne sommes qu’au cinquième rang européen dans le domaine de la recherche précoce et quatrième au classement général. » Ces positions tranchent avec la percée de l’Espagne, parvenue à la troisième place européenne, tout simplement parce « que son gouvernement a fait de la recherche clinique une priorité stratégique », estime Frédéric Collet qui juge « que la question de l’attractivité et de la souveraineté en matière de santé ne se traite pas de façon isolée, sujet par sujet. Il y a un continuum de la recherche clinique à l’évaluation, en passant naturellement par le manufacturing »
Afin d’accéder à la pole position européenne, « qui est un objectif parfaitement atteignable », le Leem met aujourd’hui sur la table une dizaine de propositions. Les industriels proposent notamment de créer une plateforme nationale dédiée aux essais précoces « qui permettra aux promoteurs de se frayer un chemin dans la jungle des acronymes désignant les multiples instances et commissions qui parsèment le chemin des autorisations », explique Christian Deleuze.
Le Leem recommande aussi de mettre en place un guichet unique au sein de l’ANSM « et de renforcer les moyens alloués à cette dernière ainsi qu’aux 39 CPP (comités de protection des personnes, NDLR) ». Il est aussi indispensable de « développer la dispensation des traitements à domicile, la crise sanitaire a démontré que c’était possible. Les essais cliniques doivent se dérouler au plus près du domicile des patients », juge Thomas Borel, le directeur scientifique du Leem. La question du coût des essais menés en France « n’est pas un critère. Le vrai sujet, c’est de la décomplexification du système », conclut Frédéric Collet.

Partager l’article

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur facebook

LES DERNIÈRES INFOS

LA LETTRE BI-MENSUELLE

Depuis 2003, la lettre confidentielle
bimensuelle
livre en avant-première les informations sur l’industrie du médicament. 

LES SUPPLÉMENTS

Depuis 2009, des numéros hors-série destinés à tous les professionnels de l’industrie du médicament.