Covid-19 : l’Europe contre-attaque sur les vaccins

Réponse du berger à la bergère ? Alors que l’administration Trump a choisi ses champions dans la course aux vaccins contre la Covid-19 – quatre laboratoires américains et le britannique AstraZeneca – l’Union européenne se prépare à mobiliser 2,4 Md€ pour pré-commander des vaccins qui sont tous, aujourd’hui, au stade de projet, celui développé par AstraZeneca et l’Institut Jenner de l’université d’Oxford étant le plus avancé. Outre le milliard de dollars obtenu des Américains pour ce programme baptisé AZD1222, le laboratoire dirigé par le français Pascal Soriot assure avoir des accords avec d’autres pays « pour au moins 400 millions de doses ».
L’initiative de l’Union européenne complète celle de la Commission européenne, qui a organisé début mai une conférence de donateurs en ligne pour lever 7,4 Md€ et ainsi financer la recherche et le développement d’un ou plusieurs candidats. Enfin, quatre membres de l’UE, la France, l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas, ont formé une alliance pour produire un vaccin. Ils « explorent conjointement des initiatives prometteuses et sont en discussion avec diverses sociétés pharmaceutiques ». Si l’entreprise commune a une portée stratégique – produire sur le sol européen – elle a aussi une visée philanthropique, celle de fournir le produit conférant l’immunité contre la maladie à l’ensemble des pays membres de l’Union ainsi qu’à l’Afrique. Une préoccupation qui rejoint celle de l’ONU, exprimée par son secrétaire général portugais Antonio Guterres pour qui « un vaccin contre la Covid-19 doit être vu comme un bien public mondial, un vaccin pour les peuples ».

Partager l’article

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur facebook

LES DERNIÈRES INFOS

LA LETTRE BI-MENSUELLE

Depuis 2003, la lettre confidentielle
bimensuelle
livre en avant-première les informations sur l’industrie du médicament. 

LES SUPPLÉMENTS

Depuis 2009, des numéros hors-série destinés à tous les professionnels de l’industrie du médicament.